Trouvez un logement neuf Eiffage Immobilier pour habiter
Comment acheter mon premier bien immobilier sans apport ?

L’important c’est de bien préparer votre dossier ! Nous vous accompagnons dans votre projet immobilier !

Comment acheter mon premier bien immobilier sans apport ?

Acquérir un logement neuf sans apport signifie solliciter un crédit immobilier finançant à 100 %. L’important c’est de bien préparer votre dossier.

Grâce à des taux d’intérêt relativement faibles, l’accession à la propriété séduit toujours plus de candidats. Une majorité pense cependant à tort, qu’il est impossible de souscrire un crédit sans les 10 % d’apport personnel généralement demandés par les organismes prêteurs. Voici tous nos conseils pour y voir plus clair et savoir comment obtenir un prêt immobilier sans apport.

Les critères pour obtenir un prêt immobilier

10 % du coût de l’acquisition, c’est généralement l’apport personnel demandée par les banques. Mais les organismes financiers peuvent sortir de ce modèle, notamment quand il s’agit de primo-accession, en accordant un crédit immobilier sans apport personnel.

La condition ? Présenter un dossier solide et une situation professionnelle stable. Cela prévaut bien souvent sur une somme épargnée. À l’inverse, avoir un apport, mais pas de CDI ou une situation financière précaire peut davantage influencer l’octroi – ou non – d’un prêt immobilier.

Pour un prêt à 100 %, l’important est de posséder un dossier bien préparé. La banque va tout d’abord vérifier que vous n’avez pas de découvert bancaire, le montant et le règlement de vos emprunts précédents, les incidents de paiement … En quelques mots, que votre budget est maîtrisé, sans dépenses inconsidérées.

Le fait de posséder des comptes sur livrets ou une assurance vie est un atout, cela montre que vous êtes en capacité d’épargner, même si le montant total n’est pas conséquent.

Évidemment, plus vos revenus sont élevés, plus vous avez de chances d’obtenir le prêt.

Apport personnel : explications

L’apport personnel est le montant que vous apporté sans passer par l’emprunt, pour financer notamment les frais notariés, les frais de dossier, les frais d’agence.

Si dans l’immobilier ancien, ces frais annexes peuvent représenter jusqu’à 10 % du prix de vente d’un bien immobilier, ils ne sont que d’environ 3 % maximum pour l’achat d’un logement neuf. En effet, les « frais de notaire » sont réduits dans l’immobilier neuf : 2 % à 3 %, contre 7 % à 8 % dans l’ancien.

Il n’y a pas de frais d’agence additionnel lorsque vous acheter votre appartement neuf, le prix de vente TTC inclus les honoraires.

Des prêts aidés pour acheter un bien sans apport

Les primo-accédants sont les plus nombreux à se lancer dans l’achat immobilier sans apport. Fraîchement entrés dans la vie active, ils n’ont pas nécessairement eu le temps d’épargner suffisamment pour disposer d’un apport suffisant.

L’État a mis en place des dispositifs de financement avantageux qui facilitent l’achat Vefa sans apport. Ce sont de véritables coups de pouce pour les primo-accédants.

  • le prêt à taux zéro (PTZ), qui permet – sous conditions - de financer l’opération immobilière jusqu’à 40 %. Le prêt PTZ est considéré comme un apport par certains organismes prêteurs.
     
  • le prêt à l’accession sociale (PAS), 
     
  • le prêt d’action logement (1 % logement).

Check-list

Les éléments à mettre en avant pour convaincre votre banque de vous accorder un prêt pour acheter un bien sans apport

  1. Les primo-accédants sont plus jeunes, votre âge est un atout. Un banquier comprend que vous n’ayez pas encore eu le temps de faire des économies. De plus, votre carrière professionnelle et vos revenus iront en augmentant.
     
  2. La stabilité de votre situation professionnelle : un CDI dans la même entreprise depuis longtemps est un bon point.
     
  3. La bonne tenue de votre compte bancaire : pas de découvert et avoir un compte épargne même si le montant économisé n’est pas important, montrent votre capacité à gérer vos revenus.
     
  4. Montrer qu’une fois le montant de votre crédit remboursé chaque mois, votre reste à vivre est suffisant pour assurer vos dépenses (impôts, taxe foncière, assurance, facture d’énergie, alimentation…).
     
  5. Si vous êtes locataires, optez pour un montant de remboursement mensuel proche de votre loyer actuel, car vous n’aurez pas de mal à prouver que vous n’avez jamais eu de défaillance.
Vous avez une question ?
Contatez nous ! Nous sommes là pour vous guider